Avec des dizaines de millions de volontaires dans 188 Sociétés Nationales, la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est la plus grande organisation humanitaire au monde. 



Elle agit avant, pendant et après les catastrophes et les urgences relatives  à  la santé pour répondre aux besoins des plus vulnérables et pour améliorer leur vie. Elle dispose cette aide sans distinction de nationalité, de race, de religion, de classe ou d'opinions politiques.

Son engagement fondamental : sauver des vies, quelles que soient l'origine ou les convictions des personnes, et changer les mentalités partout où nous sommes actifs.

Elle puise son énergie dans son réseau de volontaires, dans l'expertise que recèle sa communauté déployée à  l'échelle mondiale et dans sa volonté de donner une voix à  tous les sans-voix de la planète.

Ses combats quotidiens : le développement humain, l'aide et les premiers secours lors des catastrophes, la promotion d'un mode de vie plus sain et l'amélioration des normes humanitaires.

 

150 ans d'histoire au service des plus démunis

La Croix-Rouge a été fondée en 1864 par le Suisse Henry Dunant. Elle a pour vocation d'améliorer les conditions d'existence des plus vulnérables en agissant sous l'égide du Droit Humanitaire .

Juin 1859, Solferino, Nord de l'Italie. La bataille fait rage entre l'armée française et les troupes autrichiennes. Henry Dunant, homme d'affaires genevois, découvre l'horreur de la bataille : 40.000 morts et blessés abandonnés sur le théâtre des opérations. Révolté par cet abandon, il décide d'organiser, avec l'aide de la population civile, le secours des blessés, quelle que soit leur nationalité.

Bouleversé par son expérience, Henry Dunant publie, en 1862, un véritable plaidoyer pour l'action humanitaire dans un livre nommé « Un souvenir de Solferino ». L'idée d'Henry Dunant fait son chemin. Des personnalités commencent à  discuter de la meilleure façon d'aider les blessés sur les champs de bataille.

En août 1864, le gouvernement suisse convoque une Conférence diplomatique groupant les représentants de seize Etats. Ils décident de créer, dans chaque pays, des comités de secours. Le 22 août, ils signent la première Convention de Genève (« Convention pour l'amélioration du sort des blessés et malades sur les champs de bataille »). Le Droit International Humanitaire moderne est né.

Le Droit International Humanitaire (DIH)

Le Droit International humanitaire a évolué au fil des années et des guerres.
Aujourd'hui, on le définit comme un ensemble de règles qui visent à  limiter les effets des conflits armés. Il protège les personnes qui ne participent pas, ou plus, aux combats, et restreint les moyens et méthodes de guerre.

Le Droit International humanitaire est principalement codifié dans les quatre Conventions de Genève du 12 août 1949, complétées par les deux Protocoles additionnels du 8 juin 1977.

Les organes internationaux

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est le plus grand réseau humanitaire au monde. Neutre et impartial, il assure protection et assistance aux personnes victimes de catastrophes et de conflits armés. Le Mouvement rassemble près de 97 millions de volontaires, de membres et d'employés dans 188 pays.

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge se compose de 3 organes :

Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR)

Créé en 1863, le CICR est à  l'origine du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Il intervient partout dans le monde pour protéger et assister les victimes civiles et militaires des conflits armés.

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Basée à  Genève, elle est principalement chargée du soutien et de la coordination des Sociétés Nationales, lors des opérations de secours aux victimes de catastrophes naturelles. Elle aide également au développement des Sociétés Nationales les plus démunies.

Les Sociétés nationales

Elles représentent le travail et les principes du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans 188 pays. Les premières Sociétés ont été créées en 1864.
Parmi elles, la Croix-Rouge de Belgique est la plus ancienne encore en activité.

A côté de ces trois organes, la Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est la plus haute autorité du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Tous les quatre ans, elle rassemble les représentants des Etats Parties aux Conventions de Genève, ceux des Sociétés nationales reconnues ainsi que du CICR et de la Fédération.


L'emblème

Universellement reconnus, la croix rouge et le croissant rouge sur fond blanc sont beaucoup plus qu'un simple logo. Leur usage est strictement réglementé par le droit international et les législations nationales.

Cet emblème protège les victimes des conflits armés et les membres des services sanitaires des armées ou du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui leur portent secours.

A l'origine (1863), l'emblème a été créé dans le but d'identifier le personnel des Services sanitaires des armées ainsi que les blessés et les malades auxquels ils portent secours. Par extension, la protection accordée par l'emblème de la Croix-Rouge a été étendue, avec l'accord des Etats, aux sociétés civiles de secours.

Aujourd'hui, l'emblème de la croix rouge demeure un symbole de protection et de neutralité internationalement reconnu. En temps de paix, l'emblème désigne les personnes, les programmes et les biens liés aux activités humanitaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Le croissant rouge sur fond blanc est le symbole équivalent dans les pays musulmans.
Un troisième Protocole additionnel aux Conventions de Genève a récemment adopté un troisième emblème, le « cristal rouge ». Constitué d'un cadre rouge ayant la forme d'un carré posé sur la pointe, sur fond blanc, le cristal est libre de toute connotation religieuse, politique ou autre.